Quelques chiffres autour de ce bassin à vagues artificielles
8 ha de surfaces agricoles impactées, que les élus ont déclassé en terres de loisirs sans concertation de la population sur le projet.
Ce projet en amènerait d’autres (restaurants, parking, zones de loisirs, camping, voirie, etc...) qui augmenteraient l'impact négatif sur notre environnement écologique.

Quantité d’eau utilisée

Le projet de « La Bergerie Surf Camp », c’est l’équivalent de la consommation annuelle de 630 foyers sur la commune de Saint-Père-En-Retz soit une augmentation de 25% de
la consommation domestique de la ville.
• Un bassin de 11 000 m3 vidangé au minimum deux fois par an pour des raisons sanitaires et techniques, soit 22 000 m3,
• une évapotranspiration annuelle de 35 000 m3 (sans compter l’évaporation engendrée par nos surfeurs en combinaison),
• et un volume de 10 000 m3 utilisés pour les douches, le rinçage du matériel et les sanitaires.
• La pluviométrie actuelle en Pays de Retz (réellement inquiétante sur les trois dernières années) permet d’espérer un gain d’à peine 10 000m3 et porte le bilan total de consommation en eau à : 57 000 m3/an

Le surf Park:

200 mètres de long, 75 mètres de large , profondeur moyenne de 1m65

La consommation d'eau:

remplissage annuel :  25 000 m3

évaporation moyenne de 6 litres/M2/jour = 90M3 par jour

fonctionnement de 190 jours/an = 17 000 M3 par an

Pluviométrie moyenne mensuelle avril à octobre 2016 : 40mm (source https://www.historique-meteo.net) Pour info en 2018 = 22mm sur les mêmes mois....

 Sur 6 mois : 240mm = 3600M3  

Bilan aquatique annuel:

25000 + 17000 - 3600 = 38400M3